Le statut mis à mort !!

Lorsque le Président de la République annonce une réforme du service public en profondeur il ne fait pas dans la demi-mesure. C’est le statut du fonctionnaire qu’il projette d’éteindre totalement.

Chaque fonction publique est construite sur un statut qui lui est propre avec des spécificités souvent liées à la nature des missions qu’elle doit rendre à la population. Le statut de la fonction publique hospitalière répond ainsi aux obligations de soins et à la prise en charge continue 365 jours/an, 7 jours/7 et 24 heures/24. La grandeur du service public en somme !!!

Le statut est souvent perçu par une majorité de personnes comme la garantie d’un emploi « à vie » pour les fonctionnaires. C’est vrai, le statut peut être ressenti comme protectionniste mais à quel prix ! Depuis maintenant 11 ans, la pseudo stabilité de l’emploi a servi de support pour geler la valeur du point d’indice, socle de la rémunération des agents.

Les grilles de salaires sont parfois obsolètes et ne répondent plus aux longues années d’études requises pour des professions à hautes technicités et grandes responsabilités. Pour autant, elles garantissent l’équité salariale dans chaque catégorie.

Maintenant que le code du travail a été fracassé, le statut du fonctionnaire pose encore des garde-fous qui permettent aux agents d’exercer les soins dans une relative quiétude sociale. Comment imaginer un hôpital où dans le même service se côtoieraient des agents de même qualification avec des salaires différents, des primes au mérite génératrices de conflits et de tensions majeures ? Comment soigner sereinement avec à l’esprit la question de savoir si son contrat sera renouvelé ou pas ? Déjà bien trop de nos collègues y sont confrontés !

De même, Macron rêve d’un service public géré par des directeurs issus du monde libéral. L’école de Rennes où sont formés actuellement les directeurs garantit une formation adaptée à nos spécificités et nos valeurs. Non Monsieur Macron , nous ne sommes pas des vendeurs d’assurances, de canapés, d’électro-ménagers ou autres. Nous sommes des soignants et nous offrons un service au public. Des expériences passées, avec des personnes ayant exercé dans le privé n’ont d’ailleurs pas toutes été couronnées de succès.

Les salaires dans la fonction publique sont un frein à l’embauche et provoquent même un flux de départs et de démissions lié également aux mauvaises conditions de travail. Le statut reste le seul attrait de l’hôpital public !

Comment attirer des professionnels de qualité si le voisin fait mieux pour un meilleur salaire ?
Pourquoi travailler sans perspective au CHU de Limoges si Chénieux vous propose immédiatement un CDI ?
La fin du statut est la mort annoncée d’un service de santé de qualité. Depuis bientôt 30 ans la poste est entrée dans cette voie : Voyez le résultat !!!

La CGT ne restera pas muette et inactive face à cette attaque.
Aussi, pour vous, pour vos enfants : Demain sera ce que vous en ferez !!!

C’est pourquoi la CGT du CHU appelle l’ensemble des salariés à se joindre à la mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale.
GREVE ET MANIFESTATION
MARDI 19 MARS
10H30 Carrefour TOURNY
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *