Santé : La CGT dénonce le projet d’austérité du gouvernement !!

Dans le secteur santé, le gouvernement demande trois milliards d’économies en trois ans ! Facile répond la CNAM !!
Alors, quelles sont les idées nouvelles du plan de sauvegarde de notre système de santé ?

Limitation des durées des arrêts maladies !
L’assurance maladie compte mettre en place des fiches repères préconisant des durées d’arrêts en fonction des pathologies.
Dans le viseur, les lombalgies, les dépressions et même les cancers… notamment celui du sein.

Les grossesses pathologiques sont elles aussi ciblées.

Pour le lumbago d’une personne travaillant assise c’est zéro jour d’arrêt !
Aucune prise en compte de la dimension psychologique de l’individu, de son rapport à la douleur, au traitement, au stress lié à la reprise du travail ou à la baisse de ses revenus selon la durée de l’arrêt.
Impossible d’éluder aussi l’obligation de travailler plus longtemps avec le recul de l’âge de départ à la retraite.
Les arrêts de travail chez les plus 60 ans augmentent de 11%, contre + 1.5% pour les 55-59 ans.

Limitation de la Durée Moyenne d’Hospitalisation toujours dans l’idée de faire des économies, jamais pour le bien du patient. Mais, plus la DMH est courte, moins nous avons besoin de lits…

Limitation de la prescription des examens biologiques pré-opératoires, notamment pour dépister le diabète.

Remise à plat des transports sanitaires.
L’idée est de développer des plateformes de commande de transports à la sortie de l’hôpital pour arbitrer entre un taxi (Uberpop ou pas), un VSL, une ambulance, le camion des pompiers.

Augmentation (on ne peut pas toujours diminuer !) de l’utilisation des génériques, mise à l’index des médicaments les plus chers.

Comme nous pouvons le lire également dans la presse, ces mesures sont plus antisociales les unes que les autres et visent parait-il à « diminuer » les dépenses de l’Assurance maladie en « tuant » non pas la maladie mais l’Assurance !

C’est comme annoncer une diminution du chômage pour la fin de l’année… alors qu’il s’agit en fait d’une extraction de certaines catégories de chômeurs des statistiques.

Les effets d’annonces sont là ! Mais pas le résultat.

La CGT lutte contre cette intériorisation du discours dominant, autant que pour le respect de nos droits, nos conditions de travail, l’avenir de nos enfants et celui de nos parents.

Toutes les mesures citées plus haut renvoient à des notions de compétition, de concurrence, qui consistent à nous faire croire que nous sommes tous des petits patrons maîtres de notre destin. RIEN N’EST PLUS FAUX !! Tout est fait pour nous diviser, nous isoler les uns des autres, en un mot comme en cent, cliver ! Alors que la réalité nous démontre que nous sommes tous contraints par le contexte dans lequel nous vivons, par les liens qui nous unissent, par ces instances tierces que sont le SOCIAL, LA LOI, LA NÉGOCIATION… Nous vivons dans un collectif, nous sommes un collectif.

Vouloir nous faire croire que nous pouvons nous en sortir seuls, que tout n’est qu’une question de volonté, de choix, d’organisation (travailler plus pour gagner plus, par exemple), que devenir malade est notre faute (après tout, nous n’avions pas à fumer, boire…) et qu’à ce titre c’est à nous de payer est un mensonge. Comme si nous avions le choix d’être victimes d’un cancer, d’un infarctus, d’un diabète ou d’une psychose !

Le problème que nous posent aujourd’hui nos politiques relève de cette idéologie qui se fait forte de changer profondément les valeurs collectives de notre société basée sur la solidarité, afin que chacun intègre celles des lois du marché (chacun pour soi, que le meilleur vende !). REFUSONS !!

Refusons avec la CGT, avec les syndicats, avec LES MOTS, LES TRACTS, refusons cette fatalité morbide et solitaire, refusons cet avenir qui n’en est pas un !!!

Fédération CGT Santé et Action sociale

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.